AFPS du pays de Lorient

Accueil > Actualité > Nouvelles de Salah Hamouri

Nouvelles de Salah Hamouri

lundi 28 mars 2022, par RG

HAUT COMMISSARIAT AUX REFUGIES DE L’ONU

« Le Haut-Commissariat continue de suivre avec préoccupation la situation du défenseur des droits de l’homme Salah Hammouri, et demande sa libération immédiate de la détention administrative, ou qu’il soit rapidement inculpé et garantit le droit à un procès équitable s.

Salah Hammouri, défenseur des droits de l’homme palestino-français, avocat de l’Addameer Prisonnier Support and Human Rights Association, a été arrêté par les forces israéliennes le 7 mars 2022 à Kfar Aqab à Jérusalem- Il a par la suite été placé en détention administrative pour trois mois, confirmé par le tribunal militaire d’Ofer, sans aucune inculpation et sur la base de preuves secrètes. M. Hammouri a été confronté à une longue série de harcèlement au cours de son travail pour les droits de l’homme, dont plus d’un an de détention administrative antérieure en 2017-2018, une semaine d’arrestation en juin 2020 dont il a été libéré sous caution et d’autres conditions. les restrictions, la révocation de son permis de séjour en Jérusalem-Est en octobre 2021 et la surveillance confirmée de son téléphone portable avec Pegasus spyware en novembre 2021. Son appel contre la révocation de résidence fondée sur sa prétendue « violation d’allégeance à l’État d’Israël », qui est également étayé par des informations secrètes, était en cours au moment de son arrestation en mars 2022. Il est également préoccupant que, après l’arrestation, la Cour suprême israélienne a rendu une décision rejetant la demande provisoire visant à empêcher les autorités israéliennes de prendre des mesures pour expulser Hammouri jusqu’à ce qu’une décision soit prise sur l Le droit international humanitaire interdit explicitement de contraindre les habitants des territoires occupés à prêter allégeance à la puissance hostile. Il y a des craintes fondées sur le fait que la nouvelle détention contre M. Hammouri puisse être arbitraire, et il risque immédiatement d’être expulsé sur la base d’une législation qui apparemment contrevient aux obligations d’Israël en vertu du droit international.

Le cas de Salah Hammouri se déroule dans un contexte plus large de rétrécissement rapide de l’espace civique dans l’opt. Les désignations et déclarations des organisations de défense des droits de l’homme comme « terroriste » ou « illégales », ainsi que les interdictions de voyager, la détention administrative et Les poursuites pénales contre les défenseurs des droits de l’homme sont essentiellement fondées sur le secret information dans un cadre antiterroriste. La législation antiterroriste ne doit pas être appliquée aux travaux légitimes dans le domaine des droits de l’homme. Des garanties complètes d’un procès équitable doivent être assurées à chaque étape de ces processus. »